Toulouse, FRANCE





... me retrouver également sur Facebook


Traduire. To translate. Traducir. Zu übersetzen

lundi 2 juin 2008

Les avez-vous déjà lus ?
Lectures au soleil : en vrac, un bouquet comme un feu d’artifice… (suite)



Voici quelques bons crus de cette année 90… d’où il ressort que les petits vignobles ne produisent pas forcément de la piquette. Médaille de Vermeil aux Éditions Bernard Barrault et Ramsay/Deforges… Bravo aux maîtres de chai ! *

* Article publié le 25 juillet 1990 dans le quotidien régional « Le Journal de Toulouse ». 


Un ovni dans le ciel…
Michel Field est à l’écriture ce que le Béluga est au caviar. Le nec plus ultra ! Voilà un roman fleuve qui semblerait avoir été écrit par Rabelais, Proust, Molière, le Père Dumas, Flaubert – tous ensemble. Inclassable ! A cheval sur toutes les frontières littéraires. Une épopée loufoque et érudite dans l’univers des pâtes alimentaires, un style excentrique…
« L’Homme aux Pâtes », par Michel Field chez Bernard Barrault – 311 pages, 120 francs.


La Chine en ces temps-là…
Sylvie, en vraie manichéenne, fait naître sous sa plume une Jade, belle chinoise de quinze ans, qui sera une farouche guerrière, une disciple de Confucius et la détentrice du pouvoir dans cet univers féodal, six siècles avant J.C. Au Royaume du Ciel, une écriture tout en subtilités, la reine du passé simple et l’impératrice du plus-que-parfait. Chapeau bas pour le plaisir ineffable de la lire !
« La Cendre et le Jasmin » par Sylvie Dervin chez Stock – 420 pages, 118 francs.


Marcel Bozzuffi… Forfana.
Où l’on découvre que l’acteur de cinéma était un authentique conteur voire un écrivain rare. Il savait, de façon innée, camper un personnage pour le rendre attachant, drôle ou émouvant. Trois récits comme des travaux d’orfèvrerie, singulièrement brossés, riches d’un immense pouvoir d’évocation. Marcel décrit là, un Paris en noir et blanc, à la Doisneau !
« Forfana – récits », par Marcel Bozzuffi chez Alinea – 140 pages, 74 francs.


 


Un écrivain… un homme de parole !
Cizia, l’Albanais d’origine, a beaucoup écrit, notamment Oro, le best-seller de 1985. Cette année est sorti « Buffet campagnard », un conte cruel, cru et troublant. Magistral ! A ne pas recommander aux végétariens ou à ceux qui font des cauchemars, la nuit à la belle étoile… 
« Buffet Campagnard » par Cizia Zykë chez Ramsay – 307 pages, 92 francs.

 

Un certain regard…
Edmée de la Rochefoucauld, peintre, écrivain… et duchesse, a fait paraître chez Grasset un livre qui éclaire notre monde à grands coups de projecteurs. Finesse et langage parfaitement maîtrisé ! Un bijou…
« Flashes III » Par Edmée de la Rochefoucauld chez Grasset – 195 pages, 95 francs.


Les amies d’Héloïse…
Hélène avec une délicatesse et un art consommé que sa pudeur tempère, a su mettre en scène des adolescentes qui deviendront des femmes puis des mères. Détail ? Elles aiment d’autres femmes. Histoires de lesbiennes ? Non, lettres d’amour du passé, au présent et futur du Féminin… Prix Goncourt du Premier Roman. (Photo de Dominique Houyet)





« Les Amies d’Héloïse »» par Hélène de Montferrand chez Bernard de Fallois – 408 pages, 120 francs.


 
Une écriture « gay » ?

Prix de Rome ? Non… il n’existe plus… mais Renaud Camus obtint le billet pour Rome, pensionnaire de la Villa Médicis – tout comme Hervé Guibert – et se mit à tenir son journal acharien et « gay », publié alors, chaque semaine dans le magazine homosexuel « Gai-Pied ». Trois mois après cessent les publications mais l’auteur persiste pour s’acquitter de la promesse faite au jury de l’Académie de France… parution en 1987, de son journal 1985-1986, « Journal romain ». En début d’année est sorti la suite de son journal de 1987, « Vigiles ». Une écriture chirurgicale, fraîche à souhait ! Deux gros pavés à lire sous le parasol…
« Journal Romain, 1985-1986 » – 614 pages, 170 francs et « Vigiles, journal 1987 » – 524 pages, 170 francs, par Renaud Camus chez P.O.L.

Chez votre libraire le 24 août…
William a dix piges… William Guidon de Repeygnac, un mouflet dont les parents Toto – le père – et Grangemarre – la mère – sont expulsés de leur hôtel de Neuilly. Ils débarquent en transit chez Colette, la grand-mère maternelle. Puis Cité des Bois-Brûlés, cité H.L.M. C’est là qu’habitera le fils de la baronne. Il connaîtra les rebuffades des gosses de la rue qui n’apprécient pas l’aristo. Maman pondra jusqu’à neuf chérubins car en bonne catholique, pratiquante voire intégriste, elle n’a de cesse de procréer devant l’Eternel. Un vrai surf sur la banqueroute, un pied-de-nez au destin sévère, une tentative de conjuration par les mots. Un vrai flirt avec la panade, la scoumoune, l’humour…
« Priez Pour Nous » par Lionel Duroy chez Bernard Barrault – 360 pages, 120 francs.


France, arrête de faire ta mijaurée !
Franck aurait pu être médecin-légiste ou ornithologue, il a préféré écrire et disséquer les manières, les tics de nos congénères. Un peu à la façon de Desmond Morris, il épingle les Dupont-la-joie… du bidonville en passant par le café de la Poste jusqu’à la chasse en Sologne. Autant de tableaux que de portraits. Fermez les yeux… on se croirait avenue de la république, chez le beau-frère qui rentre bronzé d’Ibiza et vous projette les diapos sur le drap blanc épinglé au mur. Votre sœur a couché les gosses qui râlent… C’est chez nous, chez vous !



« Petit guide à l’usage de ceux qui s’intéressent encore à leurs contemporains » par Franck Maubert chez Stock – 223 pages, 90 francs.

 
Du malheur d’être trop riche…

Jules-Pascal n’a pas de bol… il est né riche comme d’autres rouquins. Son père est héritier des Béton Briguet – leurs bétonneuses livrent du béton, du ciment, du sable, de l’eau dans toute l’Europe ; sa comtesse de mère possède autant d’appartements que peut en contenir Nantes ou Poitiers et lui-même possède les deux, plus une mine de diamants. Il habite entre Versailles et l’hôtel particulier, rue de Plessis… la déveine, quoi !
Comment faire pour trouver un job quand vous déboulez chez votre futur patron en Bentley, que votre chauffeur et majordome ne vous lâche pas les baskets, que vous n’osez pas donner l’heure de crainte que les brillants qui sertissent votre montre de platine n’effarouchent par leur éclat ? Van Ruyter est le boss de l’Accord, une agence de publicité, un vrai miroir aux alouettes, un piège à gogos. Un roman comme une bouffonnerie, une bien drôle façon de se moquer du monde des pros de la communication…
« Lubies » par Edgar Smadja chez Bernard Barrault – 236 pages, 84 francs. 

Dossier réalisé par Patrick Besset.
 
 Pour en savoir plus, n'hésitez pas : envoyez un courrier électronique à Patrick Besset sinon flashez le "QR code" avec votre smartphone ou cliquez dessus...

Bulletin météorologique du jour et des suivants car un écrivain averti en vaudrait deux !




Si le temps est à l'orage, emparez-vous d'un recueil de nouvelles joyeuses, vous pourrez toujours entendre les récriminations de votre compagnon ou de votre compagne qui s'époumone dans la pièce voisine sinon votre descendance qui s'étripe à l'étage.
Si la pluie mouille le jardin, lisez des bandes dessinées, des recettes de cuisine ou des magazines automobiles afin de moins vous mortifier...
Si une éclaircie pointe à l'horizon, saisissez le bouquin abandonné l'avant-veille pour vous installer confortablement devant la vitre du salon.
Si le soleil perce au travers des nuages, prenez un des titres que je vous recommande et jetez dans les cendres de la cheminée une mèche de vos cheveux pour conjurer le mauvais sort... mais de grâce, lisez, lisez encore, lisez toujours.

Il n'y a pas que le sexe ou le travail dans la vie, pas plus qu'il n'y aurait que des bons ou des méchants autour de vous...

Vous lisez ? Un peu, beaucoup...

Créez gratuitement votre questionnaire en ligne avec SurveyMonkey.

Playing for Change : un succès planétaire !

Playing for Change est un projet musical multimédia qui met en scène des musiciens des quatre coins du monde pour diffuser un message de paix. En mars 2005, Mark Johnson, ingénieur du son et réalisateur, filme le guitariste et chanteur Roger Ridley dans les rues de Los Angeles, interprétant Stand by me. Il décide alors d'ajouter à cette même chanson d'autres musiciens dont Grandpa Elliot à la Nouvelle-Orleans avec sa voix chaude, en superposant leur interprétation à celle de Roger Ridley.

Il part alors avec son équipe à Barcelone, où il enregistre notamment Clarence Bekker sur Stand by me avant de partir pour l'Afrique du Sud, l'Inde, le Népal, le Proche Orient afin d'enrichir Stand by me et d'autres chansons créées sur ce même concept. La vidéo officielle de Stand By Me compte aujourd'hui plus de 39 millions de visites sur Youtube et Dailymotion (actualisé en 2012).

Stand by Me (Reste près de moi) est une chanson interprétée par Ben E. King alias Benjamin Earl Nelson (1938-2015), composée et écrite en 1961 par lui-même avec Jerry Leiber (1933-2011) et Mike Stoller (1933- ..).

La Fondation Playing for Change est une organisation à but non lucratif destinée au développement d'écoles de musiques à travers le monde. En 2008, une première école de musique est créée par la Fondation à Guglethu, (Ntonga Music School), dans la banlieue de Cape Town, en Afrique du Sud. En 2010 deux écoles de musiques construites et ouvertes: L'École de Musique et de Dance Bizung, à Tamalé (Ghana), L'École de Musique de Kirina (Mali). La Fondation Playing for Change développe des programmes éducatifs au Népal à Tintale (Katmandu) et au Rwanda (Intore Cultural Center) en collaboration avec d'autres organisations.
La formation musicale " The Playing For Change Band " sera en tournée à travers le monde dès février 2012. On y retrouvera Mohammed Alidu (percussions - Nord du Ghana), Clarence Bekker (voix - Pays-Bas/Surinam), Grandpas Elliot (voix/harmonica - Nouvelle-Orléans), Mermans Kenkosenki (voix/percussions - République Démocratique du Congo), Jason Tamba (guitariste - Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo) et Titi Tsira (voix - Gugulethu, township du Cap-Occidental, Afrique du Sud).

D'autres chansons sont rassemblées sur un cd/dvd produit en collaboration avec Concord Records, sorti en avril 2009 aux États-Unis. En 2010, un deuxième album sort, Playing for Change Live, qui réunit des artistes du monde entier sur scène. En 2011, un troisième album sort, "PFC 2: Songs Around The World".

Le documentaire "Playing for change : Peace trough music", (83 min) réalisé par Mark Johnson et Jonathan Walls est un voyage musical sur quatre continents qui relate la réalisation de ces chansons autour du monde, nous mène à la rencontre de musiciens de divers horizons, évoquant la réalité dans laquelle ils vivent et contemplant le pouvoir de la musique en tant que vecteur universel de paix. Le film est d'abord présenté en 2008 dans une version inachevée au Festival du Film de TriBeCa, à New York, avant d'être diffusé dans une version courte (57min), en été 2009 sur le "Public Broadcasting Service" (PBS) - réseau de télévision public à but non lucratif avec 354 stations de télévision membres aux États-Unis qui le détiennent en propriété collective. La version finale (83 min) est sortie aux États-Unis en octobre 2009 aux États-Unis en DVD en septembre 2009.


Pour vous, selon les circonstances, écrire correspond à...



. une vraie corvée qui vous pourrit la vie ? Vive le dictaphone, le téléphone sans fil et votre webcam...


. une étape obligatoire dont vous vous accommodez pour rédiger un rapport, demander une augmentation de salaire, vous plaindre d'un commerçant malhonnête ou dénoncer un voisin trop bruyant ?


. une activité archaïque, de la nostalgie au charme suranné qui vous ramène au temps de votre enfance, à l'époque des pleins et des déliés, du porte-plume, des plumes Sergent-Major et du bonnet d'âne ?


. un simple plaisir qui vous rend heureux, en maniant le verbe et la langue, afin de faire de belles phrases pour offrir de beaux voyages imaginaires à vos correspondants coincés dans la routine du quotidien ?


. une véritable drogue, vous êtes graphomane ? Pas un jour, pas une heure sans une ligne dans votre journal, sur l'écran d'un de vos ordinateurs, sur une feuille blanche, sur une page de carnet, dans la marge du journal parcouru en buvant votre café noir.


. une religion païenne ? Tous les jours, vous remerciez le ciel d'avoir permis aux sumériens des temps Anciens de vous léguer une si belle invention.

... dîtes-moi donc à quoi correspond, pour vous, le temps passé à écrire ?

Messages les plus consultés

Merci Jacquie !


Jacquie Lawson e-cards

Oser lire... en utilisant l'autre bout de la lorgnette ?!?

Région Midi-Pyrénées

UTOPIA Toulouse et Tournefeuille

Agenda du magazine Ramdam

Agenda culturel - Ville de Lausanne

Enfin libre ? Plus de temps libre pour pouvoir écrire, presque zen. Vive l'Euro Millions !




En savoir plus ?



Voici quelques destinations intéressantes, drôles parfois :

Vous cherchez un nouveau poste ? Viadeo - Offres d'emploi